Habillage d’un local de conversion énergétique


Le courant fluvial transformé en électricité… Entre matérialité et transparence, l’objet semble s’extraire des mouvements de la Garonne pour rejoindre la berge. Entre légèreté et rigidité, l’objet renferme en son coeur une boite colorée qu’elle livre aux Bordelais…

INTEGRATION
Cet objet s’intègre au lieu par ses courbes symbolisant la dynamique du fleuve Garonne. Il filtre la lumière comme les frondaisons des grands arbres voisins et propose aux usagers un habitat aux lignes horizontales et verticales marquées, à l’image de la façade XVIIIe du quai Richelieu.
Evènement ponctuel, le projet suscite l’étonnement, l’attention et le questionnement…
Une voilure légère en bois se développe depuis la Garonne par de longues courbes tendues qui filtrent le paysage et s’ouvre sur le quai par une haute ouverture qui absorbe le jogger, le cycliste ou le voisin de l’étage d’en face : elle leurs présente le projet SEENEOH qu’elle héberge en son coeur.
Ce coeur est composé par le volume simple des shelters. Ils sont peints d’une couleur bleue nuit proche des attiques bordelais; leur rigidité joue parfaitement le contraste avec l’enveloppe en bois souple. La tension entre les deux ouvrages donne la complexité du bâtiment : les deux ouvrages entrent en communication, se dévoilent l’un et l’autre…

Perspective du projet Habillage d'un local de conversion énergétique

A la tombée de la nuit, un jeu d’éclairage travaillé, participe à la mise en scène de la construction.

  • Perspective de nuit
  • Perspective de nuit

PREFABRICATION
La réussite de ce micro-bâtiment, où la question du détail technique est primordiale, passe par un procédé de préfabrication maitrisé à la conception, préparé en atelier et assemblé sur site.

MODULE & LOGISTIQUE

Le module

Ce type de procédé s’adapte parfaitement à la situation du site retenu où la maitrise de l’image, les difficultés d’accès au site, la sécurité sur place, la maitrise des coûts et des délais d’exécution sont nécessaires. La préfabrication en atelier de la voilure permet un temps de présence sur site de 3 jours pour l’assemblage et les finitions.
Mis en place avec la collaboration de l’entreprise de charpente-couverture-zinguerie BAPSALLE située à Langon, le procédé de la voilure d’apparence complexe, est le résultat d’une juxtaposition de portiques en bois de section identique 30x120mm, dont les hauteurs des extrémités ondulent au grès des besoins et des envies : fermeture sur la Garonne et ouverture sur le quai. Au-delà des sections, la légèreté de la voilure est rendue possible grâce au jeu plein-vide qui alterne largeur de portique de 30mm et vide de même largeur, formant un filtre visuel.
Par module de 2 mètres environ, les portiques sont transportés sur site et assemblés entre eux à l’aide de tiges métalliques inoxydables et invisibles, à l’image de perles que l’on enfilent pour réaliser un collier.
L’ensemble est contreventé horizontalement par un système de croix de Saint André en câble métallique inoxydable, fin et léger, pour assurer la stabilité contre les efforts du vent. En pieds, les portiques sont fixés par platine contre les murs de soutènement en béton existant du « saut à ski ».

RECYCLAGE & SECONDE VIE
Un bâtiment éphémère doit avoir deux qualités : la première, un impact minime sur le site qui l’accueille pour maintenir ses qualités et la deuxième, la possibilité de donner une seconde vie aux matériaux composant l’ouvrage ou bien sa reconstruction sur un autre site.
De ce fait, le bâtiment propose une simple liaison par platine boulonnée en sol servant d’assise à la construction. Un déboulonnage des éléments permettra de désolidariser la structure du site, lors de la dépose de la construction.
Par ailleurs, la voilure propose une légèreté et une simplicité structurelle favorisée par la préfabrication expliquée plus haut, qui facilite le démantèlement de l’ouvrage sans impacter sa durabilité. La voilure est réalisée en portique bois dans une essence de résineux local : le douglas qui présente des caractéristiques mécaniques intéressantes en charpente et une durabilité naturelle sans traitement (classe 3) pour un usage en milieu extérieur. Ces bois pourront donc faire l’objet d’une seconde utilisation en bois de chauffage ou en bois de bricolage si l’ouvrage n’est pas remonté pour une autre installation. Les pièces métalliques de jonction des portiques entre eux et en sol pourront être fondues pour la création de nouvelles pièces métalliques suivant besoin.
Les shelters sont simplement peints à l’aide d’une peinture acrylique en phase aqueuse dans la tonalité souhaitée.

FONCTIONS DIVERSES
L’ondulation et les formes de la voilure en bois traduisent la volonté de proposer des fonctions au-delà de l’enclos. Ouverte sur le quai, elle dégage un espace d’entrée pour les usagers ou les visites pédagogiques, industrielles ou commerciales ainsi qu’un espace d’affichage pour les communications diverses. Depuis cette entrée, la voilure s’ouvre sur la Garonne pour distribuer aisément les 4 box et faciliter la maintenance du site. Un espace de stockage, confiné et rapidement accessible depuis l’entrée, trouve place entre les box et l’affichage. Il est invisible depuis le quai. La voilure se referme côté Garonne pour mourir en sol et protéger l’ensemble du site contre la chute depuis le « saut à ski ».
La volonté de proposer une voilure filtre permet à l’ensemble du site SEENEOH de conserver un rapport privilégié avec le lieu et son fleuve tout en se protégeant des regards indiscrets…

Projet non retenu
© Crédits: ce projet a été réalisé en partenariat avec l’architecte Alexandre Prout.